accueil

« La courbe est la ligne géométrique de la beauté et du bonheur »

                                                                                                                                                                        Joséphin Péladan

 

                                      De formation plus rationnelle, l’artisan dérive peu à peu vers l’expression du mouvement.
Autodidacte, il se laisse dicter les courbes inscrites au creux de la matière et obéit aux bois déformés par le temps.

À la recherche d’une perfection toute personnelle, le cheminement se fait au rythme de ses oeuvres.